Foire aux questions ardoise (FAQs)

Questions générales

Quelle est la durée de vie d’une ardoise naturelle?

L’ardoise naturelle est le matériau de couverture dont la durabilité est la plus longue. Le géologue britannique J.A. Walsh a démontré que la durée de vie d’une ardoise Cupa était supérieure à 100 ans. Une étude approfondie en extérieur et en laboratoire a permis à J.A. Walsh d’exposer aux éléments climatiques différentes ardoises (dont la Cupa 3). En extrapolant les résultats obtenus, le géologue annonce une durée de vie supérieure à un siècle.

Quel est la résistance au feu d’une ardoise naturelle ?

Les fabricants doivent indiquer la réaction au feu de leurs matériaux, selon un classement prévu dans la norme européenne EN 13501-1. Pour les ardoises Cupa, ce classement est A1 (optimal) soit incombustible. Pour comparaison, les fabricants des fausses ardoises en fibre-ciment annonce, en majorité, un classement A2, c’est à dire simplement « non inflammable ».

Comment obtenir le certificat d’authenticité Cupa ?

Les certificats d’authenticité sont envoyés exclusivement à nos distributeurs. Celui-ci se charge de les transmettre aux artisans. Les maîtres d’ouvrage (les particuliers notamment) devront en faire la demande auprès de leur couvreur. Celui-ci se chargera de formuler une demande auprès de son négoce.

D’où provient l’ardoise naturelle?

Aux époques géologiques (ère primaire), des dépôts de vase se sont formés au fond des mers en couches superposées sur de très grandes épaisseurs. Les pressions considérables et les températures très élevées auxquelles fut soumise, au cours des plissements géologiques, l’écorce terrestre, modifièrent cette argile primitive et les efforts de compression lui firent acquérir cette propriété très importante qu’est la fissilité. C’est grâce à cette texture obtenue par métamorphisme et orientation des microéléments, que le schiste ardoisier peut se débiter en feuilles minces parallèles au plan de cette fissilité.

Comment produit-on l’ardoise ?

L’exploitation du gisement commence après avoir déterminé la pureté de la composition de l’ardoise et le potentiel.
Après le terrassement et les autres opérations nécessaires pour dégager le filon, l’ardoise est extraite en grands blocs selon les techniques adaptées à chaque système d’exploitation : carrière à ciel ouvert ou carrière à extraction souterraine. C’est le plus souvent grâce au fil diamanté (technique utilisée par les marbriers italiens) que ces blocs sont détachés. Cela permet un travail précis et une optimisation de l’extraction.
Acheminés vers les ateliers, ces blocs sont ensuite débités en répartons à la scie circulaire.
De façon totalement artisanale et en respectant une hygrométrie constante, on procède à l’exfoliation des répartons avant que l’ardoise soit taillée dans son format final. Ces deux dernières opérations sont effectuées manuellement par des maîtres-fendeurs qui traitent avec rigueur chacune des pièces.
Après classification des pièces, celles-ci sont conditionnées dans des palettes en bois pour leur entreposage et leur expédition.

Les ardoises Cupa sont exfoliées manuellement par des maîtres fendeurs.

Pourquoi investir dans une couverture en ardoise naturelle ?

Investir dans l’ardoise est une valeur sûre pour de nombreuses raison :
L’ardoise est un matériau de construction qui offre de nombreux avantages en terme de coûts, aussi bien au niveau de la mise en œuvre que de la maintenance et de la durabilité.
C’est une pierre qui a une grande capacité d’adaptation à tous types d’exigence en matière d’architecture, formes, pentes ou espaces couverts en ardoise tout en obtenant une finition parfaite.
Il s’agit d’un matériau noble, écologique, inaltérable et qui conserve ses propriétés techniques.
La durée de vie d’une couverture réalisée en ardoise naturelle est beaucoup plus longue qu’un grand nombre de produits de couverture.
Il faut ajouter que le coût d’entretien de l’ardoise une fois posée est presque inexistant.
D’un autre côté, l’esthétique qu’elle engendre est inégalable. Les nombreux modèles fabriqués permettent d’épouser les architectures les plus originales.

Choisir l’ardoise naturelle, c’est opter pour un matériau sain, noble et écologique tout en apportant durablement de la valeur à son bien immobilier.

Rapportée à sa durée de vie, l’ardoise est le matériau de couverture le plus économique.

Questions techniques

Quelle est la tolérance de planéité d’une ardoise ?

La norme EN 12326-1 prévoit les tolérances de planéité suivantes: Ardoise très lisse : 0.9%.L Ardoise lisse : 1%.L Ardoise normale: 1.5%.L Ardoise rugueuse : 2%.L Le Label Marque NF quant à lui, distingue les tolérances suivantes: Ardoise lisse : 1%.L Ardoise normale : 1.5%.L Ardoise rugueuse: 1.5%.L

Comment connaître le poids d’une ardoise naturelle et en déduire le poids d’une couverture au m²?

Pour connaître le poids d’une ardoise, il faut multiplier son volume par sa masse volumique, en comptant une masse volumique de 2,8 grammes par centimètre cube en moyenne pour la plupart de nos ardoises. Exemple pour un modèle rectangulaire 32×22 de 3,5 mm d’épaisseur: Calcul de l’aire : 32 x 22 = 704 cm² Calcul du volume : (32 x 22) x 0,35 = 246,4 cm3 Calcul du poids : [(32 x 22) x 0,35]x 2,8 = 689,92 grammes Pour connaître le poids d’une toiture au m², il faut savoir combien d’ardoises seront posées par m². Cela dépend de la pente du toit, de la projection horizontale et du recouvrement de l’ardoise (selon la région géographique). Dans tous les cas, il faut se reporter au Guide de mise en oeuvre ou demander conseil à un couvreur ardoisier. Pour une pente à 45°, une projection horizontale inférieure à 11 mètres et en région 2, on compte +/- 39 ardoises au m², soit, pour terminer l’exemple: 689,92 x 39 = 26,9 kg/m². Attention, cela ne comprend ni le poids des crochets, ni celui des liteaux ou de la volige.

L’entretien

Faut-il enlever la mousse qui se forme avec le temps ?

Les mousses entretiennent une humidité qui parfois pénètre profondément sous les ardoises, de plus, ce parasite qui se répand sur le toit en commençant à l’endroit des liaisons et en rive des rangs n’est pas très esthétique. Elles ne se développent que sur les pentes à l’ombre ou peu exposées au soleil et principalement s’il y a à proximité, des arbres ou une source de poussière permettant la formation d’un humus favorable au développement des racines. Les lichens sont secs et se forment au milieu des pureaux, ils ont souvent pour origine des fientes d’oiseaux sur les versants exposés au soleil. On demande au couvreur de détruire cette végétation et si possible d’en empêcher la naissance.

Destruction

Différents produits à diluer dans l’eau peuvent être pulvériser sur la toiture pour détruire les mousses. Dans la mesure du possible, on optera pour des solutions biodégradables. Quelques jours après ce traitement, il est utile de compléter ce travail par un balayage des végétaux morts ou si possible un nettoyage au jet d’eau. Demandez conseil à votre couvreur ardoisier.